DISTRIPEDIE : l'encyclopédie de la distribution et du commerce


Accueil du site > Formules - Fonction de détail > Hypermarché > Plan type d’un hypermarché.

L'(es) auteur(s) certifi(ent) l'exactitude de l'ensemble des informations qui suivent. Les opinions contenues dans le présent article n'engagent que leur(s) auteur(s).

Plan type d’un hypermarché.

Auteur : V.Mazur. Projet étudiant encadré.

jeudi 13 septembre 2007, par Animateurs du site

L’hypermarché est au sens général un commerce de détail de grande taille - au minimum 2500 m². Son atout est de vendre à la fois, des produits alimentaires (tout comme un supermarché classique), mais aussi des produits non alimentaires dans le même magasin. Un hypermarché est donc généralement découpé en deux parties. La première partie du magasin est destinée à l’alimentaire et la deuxième au non alimentaire.


- Dans la partie alimentaire, on peut citer parmi les rayons les plus courants les rayons boissons, boulangerie, charcuterie, crèmerie, diététique, épicerie, fromage, fruit et légumes…

- Dans la partie non alimentaire, on trouve des rayons comme mode et accessoires, puériculture, technologie et accessoires, hygiène beauté santé, culture et loisirs... avec un large assortiment de choix de produits - environ 40000 références pour un hypermarché moyen, 15000 dans l’alimentaire et 35000 dans le non alimentaire.

Le plan ci-après nous montre des éléments qui sont présents de manière récurrente dans la totalité des hypermarchés et qui marquent une différence nette avec les anciens hypermarchés. Il est découpé en deux parties afin de bien faire la distinction entre d’un côté la partie alimentaire de l’hypermarché, et de l’autre, la partie non alimentaire, où d’autres produits et services sont proposés aux consommateurs.

(GIF)
Plan de l’hypermarché Cora de Sainte Marie aux Chênes (57)

On remarque :
- La présence de deux entrées : une pour les clients qui souhaitent faire leurs courses journalières ou hebdomadaires (essentiellement alimentaires). Les caisses sont positionnées en face de cette entrée, ainsi que les linéaires essentiellement de type alimentaire. Une autre entrée destinée aux achats plaisir ou achats impulsifs. Ici le client ne trouvera plus de caisse à portée de vue, mais des linéaires portant sur les loisirs, l’univers de la maison, les produits saisonniers...
- L’apparition de galeries marchandes à l’entrée du magasin proposant des services marchands tels que le pressing, le coiffeur, la cafétéria. Celles-ci sont généralement situées entre les deux entrées du magasin et avant les caisses afin que le client puisse bénéficier des services proposés sans avoir à entrer dans le magasin.
- Le libre service assisté réparti au fond du magasin pour ce qui est, par exemple, de la boulangerie pâtisserie, de la poissonnerie...
- Des services comme le téléphone, les fontaines à eaux réparties dans des endroits stratégiques du magasin. Mais ces services sont facultatifs car ils dépendent souvent de la taille et des choix adoptés par l’hypermarché.

Tout est fonction de la taille du magasin, plus le magasin est de taille importante et plus la part du magasin accordée au non alimentaire sera importante.

L’hypermarché est une usine à vendre. Tout est conçu à l’intérieur pour séduire le client. Les bâtiments construits sont conçus pour que le client ait envie de les voir. D’où, l’apparition de galeries marchandes avec des vitrines sur les parkings. Les vitrines donnent au client une idée de luxe, suscitent la curiosité et l’envie, ce qui va l’attirer plus facilement sur le point de vente qu’une simple galerie marchande implantée dans le magasin.

A partir d’une structuration type de l’hypermarché, le but aujourd’hui est de faire des modifications à l’intérieur afin de le rendre plus chaleureux pour le client. La société évolue très rapidement et les hypermarchés doivent sans cesse tout mettre en œuvre pour faire face à ces mutations. Ainsi, par exemple, depuis 1998, Carrefour limite les lignes de gondoles à l’intérieur de ses magasins. L’enseigne a choisi de recréer le style des anciennes boutiques de quartier. Elle a recours aussi à des innovations comme des galeries marchandes vitrées, des linéaires rénovés, agrandis... pour faire revivre l’hypermarché, pour que le client ait plaisir à venir, et cela, sans pour autant délaisser le concept de l’hypermarché. Mais à trop modifier le plan intérieur, le public se sent perdu car il ne trouve plus les produits à la même place. Il est obligé de chercher, et dans une surface d’au minimum de 2500 m², la recherche peut être longue et provoquer le désagrément du client. On distribue alors des plans pour repérer l’emplacement des produits. Grâce à l’architecture, grâce aux innovations intérieures, on veut revenir à une image plus attrayante de l’hypermarché. Elle doit convaincre sous l’apparence de banalité, de quotidien. Pour cela, les enseignes n’hésitent pas à recourir à des cabinets d’architectes spécialisés dans le commerce, même si le coût est élevé.

Il n’existe plus d’architecture d’hypermarché en tant que forme architecturale aujourd’hui. On crée des centres commerciaux intégrés à un ensemble. Les hypermarchés ne sont plus construits seuls. Auchan et Carrefour sont les premiers à s’être orientés dans cette voie. L’hypermarché est aujourd’hui la « locomotive » du centre commercial. C’est là où le client est attiré en premier lieu avant de découvrir les autres magasins de l’ensemble commercial.

Sources :

http://www.wikipedia.fr

- Plan cartonné de Cora Sainte Marie aux Chênes.

http://www.cafeshistoriques.com

- Visite virtuelle d’un hypermarché Carrefour (à l’adresse suivante) : http://www.hypercarrefour.be/Virtualvisit_01.cfm ?lang=fr

Formation Manager de rayon - Cora ( D.U. Management de la distribution, mention "Produits Frais")

Contacter le responsable éditorial de ce site

Contacter le Webmestre de ce site

L'utilisation de ce site implique l'acceptation sans réserve des conditions d'utilisation. Pour les consulter, cliquer sur ce lien


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé